Balades à Paris et en Touraine

Promenade bucolique au Père Lachaise

25 Mars 2017, 11:15am

Publié par Jean-Charles Prévost

Entrée principale boulevard de Ménilmontant

Entrée principale boulevard de Ménilmontant

Le saviez vous ? après la Tour Eiffel, le Louvre et Notre-Dame, le Père Lachaise est un des lieux les plus visités de Paris…

Parmi ces visiteurs, nombreux sont ceux qui viennent à la belle saison profiter gratuitement du plus grand espace vert de Paris et d’un lieu élevé offrant une magnifique vue sur la capitale tout en venant au passage rendre hommage à leurs idoles : Jim Morrisson, poète maudit, leader charismatique des Doors mort d’overdose à Paris en 1971, ou pour les francophones, Alain Bashung, vedettes de la chanson ou du cinéma :Edith Piaf, Yves Montand, Jean Gabin, François Truffaut, voire à des célébrités plus obscures comme le journaliste Victor Noir :) -le gisant offre une protubérance bien placée dotée parait-il de vertus particulières ou Allan Kardec. Quasiment inconnu chez nous du grand public, de son vrai nom Hippolyte-Léon-Denizard Rivail, sa tombe en forme de dolmen est parmi les plus visitées et des plus fleuries du Père-Lachaise. Le « codificateur du spiritisme » est l'un des auteurs français les plus lus au Brésil avec plus de trente millions d'ouvrages vendus. Plus de six millions de Brésiliens déclarent suivre la pensée de Kardec qu’ils mettent en application dans des milliers de centres spirites. Celle-ci influence fortement la culture et la vie publique au Brésil où des rues et des écoles portent son nom jusque dans les plus petites villes.

Installé sur l’une des 7 collines de Paris, le cimetière doit son nom à François d’Aix de la Chaise, prêtre jésuite confesseur de Louis XIV, qui y résidait au 17ème siècle. En 1804 Napoléon crée dans le domaine abandonné du Père Lachaise le cimetière de l’Est pour que « chaque citoyen ait le droit d’être enterré quelle que soit sa race ou sa religion » - jusqu’à la Révolution, l’église avait le monopole des enterrements.

Brongniart, architecte célèbre de la Bourse de Paris à qui il a laissé son nom – le palais Brogniart – dessine un immense jardin à l’anglaise, des allées sinueuses et ombragées tirent parti du terrain accidenté et aujourd’hui les sépultures qui les bordent en font un véritable musée en plein air où les sculpteurs du XIXème siècle ont rivalisé d’imagination.

Au début, le cimetière connaît un succès mitigé, les parisiens habitués à vivre au milieu de leurs morts – le cimetière des Innocents ne disparaît qu’à la fin du XVIIIème siècle rechignent à enterrer les leurs si loin du centre. Les responsables décident alors d’y transférer en 1817 deux célébrités, Molière et Jean de la Fontaine, morts respectivement en 1673 et 1695, ainsi que le couple légendaire Heloïse et Abélard. Le succès vint, le cimetière passant de 2.000 en 1815 à 33.000 tombes en 1830 - plus de 70 000 aujourd’hui après une extension sur le plateau Nord en direction du métro Gambetta.

La partie dite "romantique" la plus accidentée des 17 hectares initiaux et des premiers agrandissements constitue un site classé depuis 1962 et tous les monuments funéraires antérieurs à 1900 sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques.

Aux premières tombes austères de la période 1804-1815, où la notion d'égalité devant la mort était encore très présente, succédèrent de grandioses et magnifiques monuments au profit de personnalités de la Restauration, de la Monarchie de Juillet et du Second Empire : maréchaux d'Empire ayant poursuivi leur carrière après 1815, dirigeants politiques, industriels, savants, aristocrates revenus d'émigration, etc. Jusqu’en 1871, la liberté de réunion n'existe pas et les enterrements au Père-Lachaise comme celui de Casimir Périer ou du Général Foy, bien oubliés aujourd’hui, sont l'occasion de manifestations politiques.

Le 1er novembre 1899, au cimetière du Père Lachaise, est dévoilé le Monument aux Morts de Bartholomé qui avait commencé de concevoir son œuvre dès 1889 et en présente le modèle définitif en plâtre en 1895 au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts à Paris. Écartant tout réalisme macabre comme toute conviction religieuse trop précise, l’artiste s'efforce d'atteindre l'universel. D'une facture classique, son œuvre se caractérise par un modelé très franc et une grande clarté dans les formes et les attitudes. Ces principes l'ont fait considérer comme l'un des maîtres du "retour au style" à la fin du XIXe siècle. Le succès est immédiat, 98 000 visiteurs se pressent en cette seule journée de la Toussaint et ce sera l'un des monuments les plus célèbres dans toute l'Europe jusqu'en 1914.

Dans sa forme actuelle, ses 44 hectares font du Père-Lachaise le plus grand jardin de Paris intra-muros. On y dénombre 5300 arbres, essentiellement des érables, des frênes, des thuyas et des marronniers, auxquels s'ajoutent quelques platanes, robiniers, hêtres, tilleuls, acacias, sophoras, noyers. Quelques arbres remarquables sont signalés par des plaques, le doyen est un érable de Montpellier de plus de 150 ans d'âge.

Le Père-Lachaise a aussi connu une histoire tragique : les derniers combats de la Commune entre Versaillais et Fédérés s'y déroulent à la fin de la « Semaine sanglante » en 1871. Les Fédérés fait prisonniers sont massacrés par les troupes versaillaises. Après les combats 148 prisonniers fédérés sont fusillés contre le mur qui porte désormais leur nom. Depuis cet endroit est devenu le lieu de mémoire des partis de gauche et des francs-maçons, on y trouve, plus écrasantes les unes que les autres, les sépultures des gloires du Komintern français : Maurice Thorez, Paul Vaillant Couturier, Jacques Duclos, mais pas Georges Marchais, pour qui une plaque invite à se rendre au cimetière municipal de Champigny…

Lieu de mémoire, jardin agréablement vallonné et planté et belvédère sur Paris, musée de sculpture, le Père Lachaise mérite la visite !

 

Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon
Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon
Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon
Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon
Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon
Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon

Tombes de Jim Morisson, Victor Noir, Montand/Signoret, Allan Kardec, Monument aux Morts de Bartholomé, Tombe d'un franc-maçon

Commenter cet article