Balades à Paris et en Touraine

De la Bastille à la Coulée Verte

15 Octobre 2016, 10:26am

Publié par Jean-Charles Prévost

La Coulée Verte

Notre visite d’Octobre nous conduit de la place de la Bastille au métro Bel Air en traversant les 11ème  et 12ème arrondissements. Nous évoquerons le passé de ce lieu hautement symbolique puis passerons par la rue de Lappe et le quartier d’Aligre en empruntant pour terminer la Coulée Verte.

Notre point de départ, la sortie Opéra de la station Bastille évoque la forteresse bâtie par Charles V pour assurer la défense du flanc Est de l’enceinte de Paris et la surveillance de la route de Vincennes, alors résidence royale. Rendue progressivement désuète par le développement de la ville et les progrès des armements, sa prise par le peuple de Paris le 14 juillet 1789 qui marque le début de la Révolution Française, lui donne tardivement sa véritable heure de gloire. Il ne reste de la forteresse que des marques sur le sol à la hauteur de la rue Saint Antoine et les pierres souvenir vendues par le démolisseur qu’on peut retrouver dans la plupart des villes de France.

Non, le monument qui s’impose à notre vue en gravissant les escaliers du métro n’a rien à voir avec cet évènement mais commémore sous le nom de « Colonne de Juillet » les journées des 26 27 et 28 juillet 1830. Celles-ci, également appelées les Trois Glorieuses, furent popularisées par le célèbre tableau de Delacroix « la Liberté guidant le Peuple » (au Louvre salle 75 aile Denon). Au cours de ces journées, l’insurrection du petit peuple du Faubourg Saint Antoine conduira à l’abdication de Charles X, signant la fin de la Restauration de la monarchie des Bourbons et à l’avènement de Louis Philippe d’Orléans, le roi citoyen, unique tentative de monarchie parlementaire en France. Ces deux évènements historiques : prise de la Bastille et Trois Glorieuses ont rendu ce lieu emblématique pour les républicains et la gauche qui en a fait le point traditionnel de dislocation de ses manifestations « de la République à la Bastille » et c’est là que se rendra la foule pour fêter la victoire de la gauche en 1981. Ce n’est sans doute pas par hasard que François Mitterrand choisira ensuite d’édifier sur l’emplacement de la gare de la Bastille la salle nouvelle censée rendre l’Opéra accessible à tous.

Mais, hormis ces journées épiques, la Bastille est l’épicentre du Paris populaire où les artisans : tapissiers, ébénistes, sculpteurs, doreurs, … soustraits au carcan des corporations par le privilège royal, créent les décors des palais royaux et des hôtels du Marais. Les cours du Faubourg Saint Antoine hébergent toujours ces professions même si la proximité de l’Opéra a attiré récemment d’autres corps de métiers attachés au monde des arts et du spectacle. Nous traversons la rue de Lappe et ses bals musette comme le célèbre Balajo et lieu de naissance de Francis Lemarque dont les chansons comme A Paris ou Un gamin d’Paris interprétées par Yves Montand et récemment revisitées -avec d'autres- par Zaz évoquent les vrais parigots à l’accent traînant, qu’on n’entend plus guère aujourdhui…  Ce Paris populaire survit également dans le quartier d’Aligre voisin et son marché.

Nous empruntons enfin la Coulée Verte, promenade plantée créée à partir de 1988 sur le tracé parisien de la ligne de Paris Bastille à Verneuil l’Etang qui fonctionna de 1859 à 1969 et sera remplacée par la branche Est du RER A.

La promenade court d’abord en viaduc à la hauteur du 3ème étage des immeubles de l’avenue Daumesnil, ce qui permet d’apprécier sa large palette végétale : arbres à développement modéré, arbustes et fleurs  mais de aussi très beaux exemples de l’architecture éclectique des années 1900. Nous traversons ensuite la pelouse de Reuilly, crée sur l’emprise des voies de l’ancienne gare de triage, avant de continuer en souterrain puis en tranchée au milieu d’une végétation exubérante, tout à fait insolite en plein Paris, pour arriver au métro Bel Air au terme de notre promenade.

 

La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,
La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,
La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,
La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,
La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,
La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,

La colonne de Juillet, le viaduc des Arts, mural rue de Charonne, le passage Lhomme, une boutique place d'Aligre, les immeubles sur l'avenue Daumesnil,

Commenter cet article