Balades à Paris et en Touraine

Belleville et les Buttes Chaumont

20 Juin 2016, 08:18am

Publié par Jean-Charles Prévost

Les Buttes Chaumont

Les Buttes Chaumont

La place des Fêtes et le haut Belleville

Le quartier est urbanisé à la fin du XIXème siècle après la construction de l’enceinte Thiers sur un terrain précédemment cultivé en vignoble. Les parcelles ont d’ailleurs, encore aujourd'hui, une forme étroite et profonde transversalement à la pente du terrain, caractéristiques des vignobles. La barrière de Belleville marquait jadis la séparation entre le bas et le haut Belleville, situé jusqu’en 1860 à l'extérieur de Paris et lieu d'un très fameux regroupement de guinguettes. Belleville est aussi un quartier très industrieux avec d'innombrables petites entreprises industrielles et ateliers artisanaux rassemblés par domaines d'activité : petits métiers de Paris, chaussures, habillement, maroquinerie, machines-outils... Cette caractéristique en fait le premier quartier ouvrier de Paris où naissent les syndicats (chapellerie, métallurgie, etc.) avec une tradition anarcho-libertaire qui se maintient jusqu’à aujourd’hui.

L'habitat originel du faubourg est souvent caractérisé par sa mauvaise qualité générale due à une construction à partir de matériaux peu coûteux. Par la suite, le faible entretien apporté par les propriétaires, qui n'avaient pas de ressources suffisantes dans un quartier à tissu social traditionnellement défavorisé, n'a guère contribué à une bonne conservation.

La densification du quartier étant à son maximum, le mouvement immobilier de Belleville devient très faible, voire inexistant, pendant la première moitié du XXème siècle. Ce ralentissement de la construction explique aussi les mauvaises conditions de conservation du quartier au début des années 1960 et des opérations de rénovation urbaine menées à la hussarde caractérisées par des barres et des tours de 10 à 15 étages notamment à l’est de la place des Fêtes. Il suffit de comparer l’aspect actuel aux images du « Ballon Rouge » de Pascal Lamorisse tourné en 1956. Cette politique a pris fin dans les années 90 avec un retour à un respect du parcellaire du quartier et à la rénovation plutôt qu’à la reconstruction.

Le quartier de la Mouzaia

La rue de la Mouzaïa tire son nom d'une bataille de la conquête de l’Algérie en 1839. La municipalité avait interdit d’y construire des maisons de plus d'un étage en raison de la fragilité du sous-sol miné par les carrières de gypse. En 1901, un lotisseur ouvre des petits passages en pente entre les rues existantes pour y construire des maisons. Ces passages sont bordés d’étroites villas précédées de jardins débordant de verdure.

Les Buttes Chaumont

Dès l'Antiquité, le sous-sol parisien était exploité pour ses carrières de gypse. Les Romains avaient découvert qu'il se transformait en plâtre une fois porté à 120°C. Le creusement des carrières sur la Butte Chaumont commença après la Révolution, ce qui changea considérablement sa physionomie. Au 19e siècle, la précieuse matière était acheminée jusqu'aux Etats-Unis, ce qui aurait valu au quartier son nom de "quartier d'Amérique". Au Second Empire, les carrières fermées, Napoléon III décida de transformer la colline désolée en somptueux jardin. L'Etat acquit le terrain en 1863 et les premiers coups de pioche furent donnés en 1864. En trois ans, Jean-Charles Alphand métamorphosa les anciennes carrières par des travaux titanesques de terrassement, creusant un lac au milieu duquel s'élance à une hauteur de 30 mètres une masse de rochers escarpés couronnée d'un petit temple. L'un des deux ruisseaux artificiels conduisant au lac forme une cascade haute de 30 mètres et tombe dans une grotte à la voûte ornée de stalactites artificielles. Le parc fut inauguré le 1er avril 1867, en même temps que l'Exposition Universelle du Champ-de-Mars.

Non loin de là, la butte Bergeyre quartier de petites maisons construites sur d’anciennes carrières accessible par des escaliers vertigineux nous récompense par une pente couverte de jardins et de vignes et une superbe vue sur Montmartre. 

Le bas Belleville

Depuis longtemps, le quartier se fait accueillant pour les communautés étrangères. Dès la fin de la guerre de 1914-1918, arrivent Polonais, Arméniens et Juifs d'Europe centrale. Des rues complètes furent quasiment vidées de leurs habitants lors des grandes rafles de l'été 1942… À partir de 1950, la communauté juive tunisienne s’y installe et en fait le premier quartier juif de Paris. Aujourd'hui encore il reste une importante communauté juive de souche orientale. Dans les années 1960, ce sont les communautés maghrébines, suivies dans les années 1980, d’une importante communauté asiatique, on y trouve de nombreux restaurants, magasins et associations. Les dernières décennies, des communautés des Antilles et de Chine se sont installées particulièrement au Bas Belleville. Depuis plus de 30 ans, la vie artistique est très active, la rue Denoyez regroupe notamment plusieurs associations d'artistes et les grapheurs se sont emparés d'un mur aveugle pour y exercer leur talent.

Musique et cinéma

Claude Moine / Eddy Mitchell, né près de la place des Fêtes l’évoque dans «  Nashville ou Belleville : Mouflet ! J'allais voir Luis Mariano dans "Le Chanteur de Mexico" maman, et moi on rentrait en métro station Opéra direction Lilas, nostalgie facile mais swing pas terrible !… et place des Fétes, sur nos mobylettes, on singeait James Dean». Il n’est pas seul dont le souvenir hante le quartier : Edith Piaf, née rue de Belleville, Maurice Chevallier qui y fait ses débuts au « concert du Commerce », le romancier Daniel Pennac, l’acteur Guy Marchand… Outre le Ballon Rouge, de nombreux films ont pris Belleville pour décor : Casque d’or de Jean Becker avec Reggiani et Signoret (1952), la Balance (1983) avec Nathalie Baye, Philippe Léotard et Richard Berry, « On connaît la chanson (1997) » où Agnès Jaoui fait visiter les Buttes Chaumont, enfin « Entre les murs» de Laurent Cantet (2008) sur la vie des professeurs en ZEP.

 

place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers
place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers

place des Fêtes, idem depuis la Mouzaia, villa de la Mouzaia, CP anciennes des Buttes Chaumont, vue vers Montmartre de la butte Bergeyre, Chinatown, mural place Fréhel, les Mis&érables rue Desnoyers

Commenter cet article