Balades à Paris et en Touraine

Maupassant et les impressionnistes

30 Novembre 2015, 18:14pm

Publié par Jean-Charles Prévost

Maupassant et les impressionnistes

Guy de Maupassant, né le 5 août 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arques (Seine-Inférieure) et mort le 6 juillet 1893 à Paris, fut un auteur reconnu de son vivant ; son renom perdure aujourd’hui à travers les nombreuses adaptations filmées de son œuvre. Ses six romans : Une vie en 1883, Bel-Ami en 1885, Pierre et Jean en 1887-1888, et surtout ses nouvelles : Boule de suif en 1880, les Contes de la bécasse (1883), Le Horla (1887) retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent, mais aussi par la maîtrise du style. La carrière littéraire de Maupassant se limite à une décennie (1880 -1890) ; atteint de la syphilis il sombre peu à peu dans la folie et meurt peu avant ses quarante-trois ans.


Maupassant considérait Flaubert comme son maître et était très lié à Émile Zola ; ami de peintres académiques comme Gervex ou naturalistes comme Courbet, il sera témoin de la révolution des impressionnistes. Il partage d’ailleurs avec ceux-ci deux de ses thèmes de prédilection : l’eau et la Normandie, sa région natale qui accueille les peintres venus peindre sur le motif grâce au développement du chemin de fer et des tubes de couleur. La Normandie tient une place importante dans l’œuvre de Maupassant par ses paysages : campagne, mer, villes - Rouen (Une vie) ou Le Havre (Pierre et Jean) et ses habitants : paysans (Aux champs), hobereaux et petits notables (Une vie) ou petits bourgeois (Pierre et Jean). L’eau et les reflets de la lumière, thèmes importants pour les impressionnistes, y est également très présente : la mer (Une vie, Pierre et Jean), les rivières et les marais notamment les bords de Seine à Bougival, Argenteuil (Sur l’eau, Mouche, Une partie de Campagne), y sera tour à tour élément de calme ou force obscure. Maupassant effectue aussi une croisière en Méditerranée sur son yacht qu’il a baptisé « Bel-Ami » ( Sur l'eau) ; il passe par Cannes, Agay et Saint-Tropez, qui seront par la suite des lieux de séjour de prédilection pour les Fauves (Manguin, Marquet, Matisse) ainsi que Bonnard.


Par ailleurs, Maupassant s’attache à décrire le Paris de son époque avec ses différents quartiers socialement définis, fréquentés par les milieux mondains et affairistes et les prostituées officielles ou non, rejoignant en cela des peintres comme Degas, Manet, et bien sûr Toulouse Lautrec, qu’il décrira dans ses nouvelles et ses romans (Boule de suif, La Maison Tellier, etc.). Il suffit encore aujourd’hui de parcourir le quartier de la Chaussée d’Antin pour retrouver les cafés fréquentés par Duroy et ses conquêtes dans Bel-Ami.


Maupassant est un pessimiste qui s'en prend à tout ce qui peut inspirer confiance dans la vie, la religion ou le progrès. Même l'amitié lui semble une odieuse tromperie : les hommes impénétrables les uns aux autres sont voués à la solitude. Un axe majeur de son œuvre est la folie dont il ressent les attaques à partir de la fin des années 80 (Le Horla, Lui ?, La Chevelure, ou Mademoiselle Hermet qui commence par ces mots révélateurs « Les fous m’attirent »…) et enfin la mort et la destruction (Une vie, Bel-Ami, La Petite Roque, Fort comme la mort). Il rejoint en cela des peintres comme Eugène Carrière et Odilon Redon et annonce les Surréalistes


La richesse des thèmes abordés, la vision personnelle du monde qui s’en dégage et une écriture concise, dynamique et expressive placent Guy de Maupassant aux premiers rangs des prosateurs du XIXéme siècle et des témoins des révolutions picturales de son temps. Il demeure le plus marquant des auteurs de nouvelles français et le succès de ses œuvres jusqu’à nos jours ne se dément pas.

Maupassant Portrait par Nadar./ Un bordel par Emile Bernard 1892
Maupassant Portrait par Nadar./ Un bordel par Emile Bernard 1892

Maupassant Portrait par Nadar./ Un bordel par Emile Bernard 1892

Commenter cet article